Vertica - Travaux en hauteur

Les cordistes de VERTICA emploient pour leur activité professionnelle des équipements spécifiques. Le matériel utilisé pour les travaux en hauteur a bénéficié de l’apport technique de la spéléologie et de l’alpinisme. Mais le travail sur cordes dans les secteurs des travaux publics, de la construction ou de la maintenance industrielle, s’effectue dans un cadre réglementaire qui impose l’utilisation de matériel professionnel spécifique.
Le décret du 1er septembre 2004 précise les conditions d’utilisation des cordes comme équipements de travail, et la circulaire DU 27 juin 2005 détaille les obligations qui s’appliquent au travail en hauteur. Dès qu’un travailleur utilise une longe ou une corde en tension pour être soutenu ou pour se maintenir à son poste de travail, et qu’il n’est pas protégé des chutes par un garde-corps, une ligne de vie ou un filet de protection (Equipement de Protection Collective – EPC), on rentre dans le cadre du travail en hauteur. Le cordiste doit alors utiliser un système d’arrêt de chute, indépendant du dispositif de maintien au travail. Il n’est donc pas nécessaire d’évoluer sur une corde de travail pour être considéré comme un cordiste.

Les EPI et le matériel nécessaire au cordiste

Matériel du cordiste fixé sur le harnaisPour effectuer des travaux en hauteur un cordiste qui évolue sur une corde de travail ou qui est maintenu à son poste de travail par une longe doit disposer d’un harnais et d’un système d’arrêt des chutes sur une corde de sécurité. Ce matériel rentre dans la définition des Equipements de Protection Individuelle (EPI) qui sont des « dispositifs ou moyens destinés à être portés ou tenus par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa santé ou sa sécurité » (Sources Code du travail).
Il existe des Equipements de Protection Individuelle communs à tous les métiers du bâtiment : chaussures de sécurité, gants, casques, lunettes … Certains EPI sont spécifiques aux travaux acrobatiques. Les chaussures de sécurité utilisées par les cordistes peuvent ainsi avoir des semelles blanches pour ne pas laisser de traces lors des déplacements sur façades neuves ou fraîchement ravalées.
L’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics, OPPBTP, a réalisé un document très complet sur les EPI du cordiste en détaillant le matériel utilisé par le cordiste pour travailler en hauteur.

Les cordes utilisées pour les travaux en hauteur

corde semi-statique BEALDans le domaine des travaux en hauteur on distingue deux types de cordes : les cordes de travail et les cordes de sécurité. L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) donne la définition suivante à ces deux cordes. La corde de travail constitue « un moyen d’accès, de descente et de soutien » au poste de travail. La corde de sécurité est équipée d’un système d’arrêt des chutes pour garantir la sécurité du cordiste pendant son intervention.
Les cordes utilisées pour travailler en hauteur sont principalement des cordes semi-statiques d’un diamètre compris entre 10 et 11 mm (EN 1891 type A). Ces cordes semi-statiques concernent aussi bien les cordes de travail que les cordes de sécurité. Dans certains cas d’autres types de  cordes peuvent être utilisées en fonction des spécificités d’un chantier (cordes dynamiques, cordes avec fibres techniques, kevlar ou aramide…).
Les techniciens cordistes de la société VERTICA utilisent principalement des cordes semi-statique 10.5mm de la marque Beal (type industrie) spécifiquement conçue pour les travaux en hauteur et les travaux d’accès difficiles. BEAL est une entreprise familiale basée dans l’Isère. Cette PME française, est le premier producteur mondial de cordes de montagne et de sécurité.

Le harnais de sécurité du cordiste

harnais AVAO BOD PetzlIl lui sert à connecter son système d’arrêt de chutes à la corde. Grâce à son harnais le cordiste est maintenu et soutenu à son poste de travail (EN361, EN 358, EN 813). Les heures de travail en hauteur pouvant se succéder, il vaut mieux que le harnais soit confortable. Quand les déplacements ne sont pas trop importants on peut compléter l’équipement par une sellette qui permet de maintenir des positions pendant des heures, en évitant les points de compression occasionnés par la sangle du harnais.
Les cordistes de VERTICA ont choisi le baudrier complet Avao de la société Petzl. Un harnais antichute confortable conçu pour le confort dans toutes les situations de travail en hauteur.
Le harnais AVAO® BOD facilite le port et l’organisation des outils pendant le travail. Des porte-matériel et des passants permettent d’installer des porte-outils et des pochettes porte-outils. Il est ainsi facile d’avoir sous la main ses outils de travail et de les assurer pour éviter leur chute de hauteur.

Un casque adapté au travail en hauteur

Casque VERTEX VENT PetzlLe travail sur cordes combine les risques du travail du BTP et les risques liés à la chute d’objets ou d’arrachement du casque en cas de chute du cordiste. Il existe des casques spécifiques aux risques du BTP (norme EN 397) et d’autres adaptés à la pratique de l’alpinisme (EN 12492). Certains modèles de casques répondent aux deux exigences (EN 397 et EN 12492) : absorbions de chocs, résistance à la pénétration et résistance du point d’ancrage de la jugulaire.
Les cordistes de VERTICA utilisent le casque VERTEX® VENT fabriqué par la société Petzl. Il ne s’agit pas d’un casque de chantier conventionnel puisqu’il est adapté au métier de cordiste: jugulaire, aérations, emplacements pour fixation de protections auditives d’une visière ou d’un masque…
Pour certains travaux en hauteur en milieu confiné, comme dans les silos, il est nécessaire d’utiliser une lampe frontale. Les cordistes de VERTICA peuvent fixer sur leur casque VERTEX VENT la lampe frontale Pixa 3 Petzl.

Les dispositifs antichutes adaptés au travail en hauteur

Ces dispositifs « Anti chutes » sont utilisés en complément à la corde de travail et à la longe de maintien. Il en existe de différents types qui vont permettre aux cordistes de se déplacer ou de se maintenir à un poste de travail. Ces dispositifs doivent pouvoir suivre les déplacements (qui ne sont pas toujours verticaux) et leur déclenchement doit être lié au dépassement d’une vitesse critique. Les dispositifs antichutes mobiles doivent être conformes à la norme EN 353-2 et EN 353-1/A1.

Les techniciens cordistes de VERTICA utilisent en particulier les dispositifs anti-chute suivant :

Antichute mobile sur corde ASAP® Petzl

Cet équipement est une référence dans la protection contre les chutes de hauteur des cordistes. L’appareil peut se déplacer librement sur la corde. Le cordiste peut ainsi se déplacer sans contraintes. En cas de choc ou d’une accélération brusque, l’ASAP se bloque sur la corde de sécurité.

Bloqueur poignée ASCENSION Petzl

Ce bloqueur-poignée est conçu pour permettre au cordiste de remonter sur sa corde. La poignée ASCENSION comporte un système autobloquant.

Descendeur Petzl RIG auto-freinant compact

Cordiste avec descendeur Petzl RIGLe descendeur RIG est muni d’une poignée multifonction qui permet de contrôler sa vitesse de descente et de se positionner précisément à son poste de travail. Le retour automatique de la poignée limite les risques d’accident en cas d’action involontaire.

Mousquetons (NF EN 362)

Les mousquetons utilisés par le cordistes pour le relier à ses différents appareils (descendeur, bloqueurs, longes, antichute…) font également partis de son équipement professionnel. Ces mousquetons, exclusivement dédiés à cette fonction (relier le cordiste à ses équipements) comportent un système de verrouillage automatique.

Longe de maintien

Les longes de maintien au travail ont plusieurs fonctions. Elles permettent au cordiste de se maintenir en place à son poste de travail ou lors de remontée sur cordes. Elles peuvent servir de systèmes d’arrêt de chutes avant que le système antichute ne soit sollicité. Ces longes conviennent pour des chutes jusqu’à un facteur 1 (boucle du harnais à la hauteur du point d’ancrage), avec une force de choc proche de 600 daN. Quand le cordiste se trouve dans une situation où il dépasse la hauteur du point d’ancrage de sa longe il est indispensable de disposer d’un absorbeur d’énergie.

Les points d’ancrage utilisés pour les travaux sur cordes

Un système d’arrêt de chute doit être relié à un « point d’ancrage sûr » (circulaire DRT 2005/08). Un point d’ancrage peut être constitué de dispositifs fixés dans ou sur une construction de façon permanente (dispositif de classe A fixe) ou des dispositifs installés temporairement comme des élingues, des crochets verrouillables ou une ceinture d’ancrage qui ceinture un support d’amarrage (dispositifs de classe B transportable). Selon la norme EN 795, Un point d’ancrage doit résister à un effort de 10 kN pendant 3 minutes sans déformation. La corde de travail et la corde de sécurité doivent avoir chacune un système d’amarrage irréprochable séparés en tête d’équipement.

Utilisation du matériel de sécurité sur des chantiers en hauteur

Utilisation du trépied de sauvetage MillerChaque cordiste peur être amené à porter assistance à un autre cordiste. Il est donc titulaire d’un certificat SST “Sauveteur Secouriste du Travail” en cours de validité. La formation professionnelle des cordistes comprend également un apprentissage aux techniques de secours.  Ces connaissances sont sanctionnées par un Certificat de Qualification Professionnelle de Cordiste (CQP) dont sont titulaires l’ensemble des cordistes de la société VERTICA.
Quand on ne peut pas évacuer une personne par le bas, on peut avoir à utiliser un trépied de sauvetage équipé d’un palan ou d’un treuil, pour une évacuation par le haut. Mais ce Trépied peut également servir au maniement de charges sur un chantier. Les cordistes de VERTICA utilisent le trépied de sauvetage Miller pour le levage et la manutention de charges en toute sécurité

Les techniques de déplacement en hauteur et la montée en tête

Un cordiste peut être amenés à se déplacer verticalement ou horizontalement. Ces déplacements se font sur la corde de travail ou sur des points d’ancrage (déplacement en « artif »). Quand il est nécessaire de se déplacer à la montée sur un support naturel (falaise, talus) ou un structure artificielle (clocher, pylône) le cordiste qui monte en tête doit être assuré sur une corde dynamique, afin de pouvoir dissiper efficacement l’énergie d’une éventuelle chute. Une fois le poste de travail atteint, l’installation de points d’ancrage et l’utilisation de deux cordes semi statiques (corde de travail et corde de sécurité) est possible. Lors de ses déplacements le cordiste doit veiller à ce que tous les objets et les outils qu’il transporte soient correctement assurés.

Le contrôle et la vérification des EPI

L’ensemble des Equipements de Protection Individuel EPI et du matériel d’intervention sur cordes est vérifié au minimum une fois par an. En dehors de ces contrôles obligatoires, dès que l’on constate une dégradation ou une usure du matériel ou des EPI, le matériel est remplacé immédiatement. L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) fournit toutes les informations, la règlementation et le maintien en conformité et vérification des équipements de protection.